Conseil

 

Pourquoi rester motivé à écrire ?

 

Tous les écrivains, moi y compris, ont sur leur ordinateur ou dans leurs placards des dizaines de brouillons ou de débuts de roman qui ne verront jamais le jour. Des textes avortés, dont l'âme voguera à jamais dans les limbes des histoires inachevées. Poétique et triste à la fois, n'est-ce pas ? Pourtant, ce n'est pas si grave en soi. Sauf si parmi ces textes interrompus se cache un projet prometteur, que vous désirez réellement réaliser, mais que, pour diverses raisons (manque de temps, d'envie, de courage, de confiance...) vous avez fini par abandonner. Si c'est quelque chose qui vous tient vraiment à cœur, vous devriez vous y accrocher avant d'arriver à ce stade : le plus tôt possible après avoir cessé d'écrire. Ce serait dommage de laisser passer des années pour finalement oublier ce beau projet et de vous priver peut-être, et le public, d'un futur best-seller international, qui sait ? :)

Pour cela, un seul mot clé : la motivation.

Voici donc un petit top des raisons pour lesquelles vous devez vous motiver pour continuer à écrire votre roman.

 

Parce que vous en avez envie

 

Vous ne devez jamais l'oublier, c'est le plus important. Vous avez envie d'écrire et de finir ce roman, vous en rêvez plus que tout. Et vous y arriverez. Mais pour cela, il faut travailler. Ce moment magique où vous aurez achevé le premier jet et apposé le mot « FIN » sera une douce récompense et vous serez fier de votre accomplissement. Et même si cela vous ennuie par moments, que vous doutez, que vous ne savez plus, dépassez cela et gardez votre objectif en tête.

 

Parce qu'il faut battre le fer tant qu'il est chaud

 

Vous avez une idée, une trame, des personnages animés, tout est bien clair dans votre esprit... Le risque à faire traîner la rédaction et de perdre « l'essence » de votre histoire, de ne plus être « dedans », d'oublier des choses, même si vous avez fait un plan. Et cela risque de se ressentir à la lecture... si vous parvenez à terminer. Plus on attend, plus c'est dur de reprendre, comme tout.

 

Parce que vous changez

 

Cette raison découle directement de la précédente. C'est bien connu, on évolue perpétuellement, plus à certaines périodes de la vie, mais on ne cesse jamais d'apprendre et de se transformer. Le risque à faire traîner une rédaction en longueur et de ne plus vous reconnaître dans le texte que vous avez commencé. Parce que vous aurez des idées différentes, qu'il véhicule des valeurs qui vous indiffèrent à présent, que vous ne vous intéressez plus au thème principal... Les raisons peuvent être nombreuses. C'est le cas typique des textes qu'on commence à l'adolescence et qu'on souhaite reprendre à l'âge adulte. Bien sûr, il y a la possibilité de le remanier, de manière à l'adapter à vos désirs actuels, et cela peut donner quelque chose de mieux encore. Mais le plus souvent, cela mène à un résultat bancal et confus, et vous risquez de vous décourager en cours de route. 

 

Parce que le monde change

 

Vous n'êtes pas le seul à changer : le monde aussi change, et à une vitesse affolante même ! Aussi, certaines idées et concepts de votre roman risquent de devenir totalement obsolètes si vous attendez des années pour le finir (à part si c'est de la very high fantasy... et encore). Votre héros se baladera encore en jeans alors que nous porterons tous depuis longtemps des combinaisons anti-radiations, communiquera avec son smartphone avec que chacun aura une puce greffée à la nuque, et se demandera si les extraterrestres existent alors que nous aurons depuis belle lurette un Président de la Terre, elle-même membre du Conseil de la Galaxie. Je caricature, bien sûr, mais vous avez saisi le concept. Au mieux, votre roman aura un cachet vintage, surtout si l'année joue un rôle clé, au pire, il fera franchement ringard, et ce n'est pas le but d'une nouveauté qui paraît et dont l'histoire est censée être contemporaine. Vous y croiriez, vous, à un roman qui se passe en 2019 et où les personnages ont tous une permanente et un minitel ? Et effectuer de tels changements après coup risque de dénaturer votre œuvre (et d'être pénible à faire). Moi-même, il y a deux ans je tentais de reprendre un roman rédigé en 2004, eh bien cela m'a frappé de voir à quel point il n'est plus dans l'ère du temps, rien qu'avec ce genre de petits détails. En plus (pour être bassement commerciale, toutes mes excuses) si vous écrivez sur un thème ou un genre qui cartonne en ce moment et donc intéresse les éditeurs, ce ne sera peut-être plus le cas dans dix ans.

 

Parce qu'au fond de vous, vous savez que vous y arriverez

 

Alors pourquoi retarder l'échéance ? Avez-vous déjà connu cette sensation, lors d'examens scolaires ou universitaires, de vous retrouver en début d'heure avec votre sujet et votre copie vierge, sachant qu'au moins dix pages sont nécessaires ? Vous maîtrisez le sujet, vous y arriverez, ce n'est pas le problème, plutôt toutes les pages que vous allez devoir noircir pendant des heures. Là vous vous dites, à la fois blasé et positif : « Bon, de toute façon, dans quatre heures, ce sera rempli. » Pourtant, cela ne se fera pas par magie, mais bien grâce à vous. C'est ainsi que vous devez penser pour votre roman. Et pour vous motiver, imaginez donc le travail accompli, puisqu'il existe déjà dans votre esprit !

 

Parce qu'au pays de l'édition, le temps s'est arrêté

 

Écrire un roman, c'est long. En général, plusieurs mois de travail sont nécessaires, vous le savez. Et encore, cela n'est rien comparé au temps qu'il passera en comité de lecture dans les différentes maisons d'édition où vous l'enverrez. Au minimum trois mois (mais c'est très rare) mais la moyenne est de six mois, et chez certains éditeurs, le délai peut dépasser dix mois, voire un an. Et après, entre contrat, corrections, maquette, calendrier de sortie, l'aventure est encore loin d'être terminée et vous serez encore partis pour de longs mois d'attente ! En gros, entre le moment où vous commencez à écrire votre roman et celui où il paraîtra éventuellement en librairie, il s'écoulera environ un million d'années. Blague à part, facilement deux ou trois ans. C'est déjà suffisamment long sans que vous n'ajoutiez des mois supplémentaires à traîner à écrire, n'est-ce pas ? Surtout si c'est votre premier (et donc seul) roman à proposer pour le moment.

 

Parce qu'il changera peut-être le monde

 

Ou de manière plus réaliste, la vie plusieurs lecteurs, ou même d'un seul. Positivement. Et rien que cette perspective est extraordinaire.

 

Je vous laisse méditer là-dessus ;)

 

Et vous, pourquoi pensez-vous qu'il est important de rester motivé à écrire ?