Melissa Scanu

08 février 2019

To plan or not to plan ?

Conseil

 

La fameuse préparation à l'écriture ! Celle qu'on recommande de faire absolument avant de se lancer la rédaction de votre roman. En réalité, le plan se doit de faire partie d'un dossier plus ou moins rempli comprenant « l'âme » de votre roman. Beaucoup de ces documents sont facultatifs et dépendent du genre de votre livre et de votre personnalité, et si certains pourront être publiés avec votre livre, d'autres ne vous serviront qu'à vous. Parmi les documents « publiques », on peut trouver un glossaire si votre roman comprend beaucoup de termes techniques ou des mots étrangers, une carte de votre « monde » si c'est un roman de fantasy, et des illustrations si vous avez la chance de savoir dessiner ou quelqu'un qui le fait pour vous. Parmi les documents « privés », on trouve des photos vous servant pour vos descriptions, le condensé de vos recherches, l'emploi du temps de vos personnages... Il peut y avoir de nombreuses annexes. En tout cas, les deux seules à être primordiales (et qui pourtant ne sont pas destinées à vos futures lectures mais à vous) : le plan (ou résumé détaillé) et les fiches personnages. C'est du plan dont nous allons parler ici. Mais comment le réaliser ? À quel moment ? Est-il vraiment obligatoire ?

 

Écrire à partir d'un plan

 

Une fois que votre histoire, son début, sa fin et les différentes étapes, sont assez clairs dans votre esprit, il est de mise de les répartir dans un plan. Celui-ci vous permettra de bien équilibrer votre histoire, de vous rendre compte de sa cohérence, de son rythme et son équilibre, en étant sûr de ne rien oublier. En plus, comme tout a été noté, vous pouvez interrompre votre rédaction et la reprendre plus tard sans vous perdre.

Pour la forme, vous pouvez procéder de différentes façons, soit le plan brut (comme un plan de rédaction scolaire) : avec les titres des chapitres suivis du contenu de chacun, qui peut être plus ou moins rédigé, le plus souvent sous forme de notes.

Quant au résumé détaillé, il reprend le même principe, à la différence près qu'il sera rédigé, comme son nom l'indique. Contrairement au plan, la séparation par chapitres n'est pas forcément de mise. On peut donc procéder au découpage après, voire jamais, si on ne souhaite pas avoir de chapitres classiques. Étant plus fluide, il ne détaille pas tout et laisse donc davantage de liberté au moment de la rédaction.

Il est plus courant de faire d'abord un plan, qui est plus simple à modifier, cela dit en plus du manuscrit, les éditeurs réclament souvent le résumé détaillé, donc vous pouvez en faire un aussi.

Pour vous proposer un exemple concret, voici le début du plan et du résumé détaillé de Seirens.

 

Exemple de plan :

 

1 – L'appel

 

  • Nous rencontrons Fey, 18 ans, qui nage dans la piscine familiale en pleine nuit, avant d'être surprise par sa mère.

  • Évocation du problème de dépendance de Fey à l'eau, élément avec lequel elle en a toujours eu une relation étroite.

 

2 – Dépendance

 

  • Présentation des parents de Fey, Neil et Sarah, des musiciens ouverts et aimants, mais soucieux de l'équilibre de leur fille. Ils reviennent sur l'incident de la nuit, mais elle les rassure.

  • Au lycée, elle se fait inviter à une soirée, chose qu'elle évite depuis l'apparition de son « problème d'eau ».

 

Exemple de résumé détaillé :

 

Fey est une jeune fille de dix-huit ans qui vivait normalement jusqu'à ce que, depuis plusieurs mois, elle expérimente des symptômes physiques étranges : des douleurs inhabituelles dans ses membres inférieurs, et surtout un besoin accru de s'hydrater constamment. Elle a toujours été attirée par l'eau, mais depuis quelque temps, cette attraction s'est muée en besoin irrépressible, ce qui l'handicape beaucoup dans sa vie familiale et sociale.

 

Bien sûr, ce n'est que ma manière personnelle de procéder, chacun a la sienne. Maintenant, vous vous demandez probablement laquelle de ces méthodes j'ai utilisées avant de me lancer dans la rédaction. Eh bien en fait... aucune des deux ! Bien sûr, je savais déjà toutes ces choses. J'avais déjà écrit des textes et même achevé des romans à partir de plan détaillés, mais cela ne me convenait pas vraiment. Le fait de suivre docilement un plan a quelque chose de rassurant pour toutes les raisons évoquées plus haut, mais cela m'ennuyait. Je me sentais prisonnière sans pouvoir m'amuser réellement dans ma rédaction, un peu comme si j'étais de retour à la fac avec des plans de dissertations et de commentaires à rédiger, encore et encore. De plus, le risque d'un plan est de s'endormir dans son histoire et de s'y fier religieusement en se fermant aux idées nouvelles. Mais le plan ne remplace pas l'histoire ! C'est bien d'ailleurs pour cela que les éditeurs ne s'en contentent pas mais exigent le manuscrit brut, le plan (ou plutôt résumé détaillé) en plus seulement.

Alors, pour Seirens, j'ai opté pour le « free-style ». Et ça a marché !

 

Écrire en « free-style »

 

Cela consiste à écrire à l'instinct, sans avoir forcément une idée précise, ou même tout court, de ce qui va se passer. Je ne vous cache pas que c'est une méthode risquée et dangereuse. À procéder ainsi, on risque de tourner en rond et se trouver dans un cul-de-sac, et peut-être donc de mettre fin à une histoire qui aurait pu être prometteuse si elle avait été travaillée. On prend aussi le risque de se retrouver avec une histoire bancale, des longueurs inutiles, des incohérences...

Mais ! C'est également la méthode parfaite pour voir surgir de formidables idées inattendues. Et la sensation de réellement vivreson histoire en plus de l'écrire. Et n'est-ce pas ce à quoi aspire chaque auteur ? 

Quand j'ai commencé Seirens, j'ai écrit le premier chapitre sans savoir où j'allais. Je savais juste que Fey était une sirène et qu'elle appartenait à un monde marin divisé en deux peuples ennemis. Et le reste ? Eh bien, je l'ai découvert en même temps qu'elle. Et cela a donné lieu aux aventures, péripéties et rebondissements qui forment aujourd'hui le roman. Bien sûr, je n'ai pas fonctionné en free-style jusqu'à la fin, car à force d'écrire, je parvenais à anticiper (puisque l'inspiration vient en écrivant), et je pense que je devais en être arrivée au tiers du récit avant que tout soit bien clair dans ma tête, concernant la fin. Mais j'ignorais encore tous les rebondissements et c'était si amusant et grisant de vivre cela en même temps que mon héroïne, comme si j'étais avec elle. J'ai même eu l'impression mystique que toute cette histoire avait réellement eu lieu et que j'étais en train de la découvrir... Si je dois réaliser un top des joies de l'écriture, celle-ci serait tout en haut.

C'est une méthode qui peut vraiment porter ses fruits, à condition de bien en connaître les risques, d'avoir suffisamment d'expérience dans l'écriture pour savoir éviter les pièges. C'était mon cas, puisque j'écrivais déjà depuis une dizaine d'années... Et aussi être préparé au fait inévitable que le roman nécessitera beaucoup plus de jets et de réécritures que s'il avait sagement suivi un plan. Le premier jet (trèèès imparfait) de Seirensest né au bout de quatre mois, et il a fallu trois mois supplémentaires pour parvenir à une version acceptable, et bien six mois de plus pour être prêt à partir aux éditeurs. Il faut également être prêt à écrire son roman dans un laps de temps assez court, ou du moins écrire très régulièrement, sans laisser passer trop de temps sans rédiger une ligne, puisque la spontanéité est la clé de votre rédaction. 

Je ne le regrette pas, même si par la suite, j'ai encore procédé différemment.

 

Un mélange des deux ?

 

Aujourd'hui, j'ai trouvé ma méthode. En amont, j'ai mon dossier de prêt, et celui-ci contient effectivement un plan, mais que je nommerais « plan global » : il suit l'ordre chronologique, les étapes indispensables, mais il est très court (un ou deux points principaux seulement par chapitre), vague et malléable, me laissant ainsi une grande part de liberté, et il n'est pas rare que la fin elle-même ne soit pas, ou seulement en partie, prévue. Ça dépend. Chaque histoire est différente et a son organisation propre, comme un être à part entière. Mes notes sont donc très concises, mais je me comprends, et ça suffit pour que ça fonctionne. Cela m'aide pour savoir où je vais et aussi parce que mon rythme de vie est tellement effréné par périodes qu'il peut m'arriver de ne pas écrire pendant une longue période, et le plan m'aide à m'y retrouver.

J'aime écrire à la manière d'une « saison de série » comme j'aime à dire : chaque chapitre est construit à la manière d'un épisode, avec ses temps forts et rebondissements et se terminant sur un suspense plus ou moins important pour la suite. Je sais plus ou moins où je vais mais en chemin, je laisse l'histoire et les personnages me surprendre et m'emmener dans des directions que je n'aurais pas anticipées si j'avais suivi un plan.

En tout cas, à ce jour, Seirensa été ma seule histoire rédigée entièrement en free-style, et je trouve que c'est celle qui contient mes meilleures idées et dont je suis la plus fière, alors je ne regrette pas d'avoir procédé ainsi. En plus, cette méthode lui donne un aspect spontané et nerveux qui a été ressenti par les lecteurs, et qui s'accorde merveilleusement avec l'esprit de l'histoire justement.

Et à la fin, ce fameux plan détaillé, je l'ai. Mais après:) Et même en aval de la rédaction, il est sacrément utile. Pour réécrire et corriger, justement.

 

Et donc... 

 

En conclusion, je dirais que faire un plan, c'est une bonne chose, que je recommanderais notamment aux débutants, mais l'essentiel est surtout de trouver sa méthode propre, qui convient à notre mode de vie, nous correspond le mieux, voire qui correspond le mieux au roman qu'on est en train d'écrire. Chaque livre est unique et chaque écrivain l'est d'autant plus. 

 

Et vous ? Faites-vous des plans détaillés ou écrivez-vous en free-style, un peu des deux ou cela dépend-il ?

Posté par Melissa Scanu à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 février 2019

Retrouvez-moi en dédicace à Outreau

Dédicace

samedi 9 février 2019 : Dédicace de Seirens et Autre jour, autre endroit à l'Espace Culturel Leclerc Outreau (Boulevard Industriel de la Liane, Outreau 62230) de 10h00 à 18h.

*

Posté par Melissa Scanu à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 février 2019

Chronique de Seirens par Youcanread

Critique

La veille de la sortie de Seirens, voici une nouvelle chronique par Clem du blog You Can Read. Retrouvez la chronique complète ici.

"Le tome 1 sort tout bientôt, et c’est avec curiosité que je m’y suis plongée. Le monde des sirènes n’est pas forcément un univers qui m’attire et, hormis la Petite Sirène et Aquaman je n’ai pas vraiment d’expérience en la matière. Seirens n’est donc pas un livre que j’aurai découvert de moi-même, mais c'était sans compter sur le pack Plume Blanche.

Au final, mon immersion à Rénatia aura été vraiment enrichissante et, si je ressors de ma lecture plutôt mitigée, j’ai noté beaucoup beaucoup de bonnes choses dans ce premier opus, qui me font espérer un second tome plus à mon goût. Mon âge joue peut-être aussi sur l’appréciation de ce récit qui est plus orientée jeunesse je crois.

L’univers de Melissa Scanu nous est livré dans un écrin magnifique : l’objet livre que l’on découvre est vraiment superbe. Une couverture sur laquelle on a vraiment l’impression de voir des gouttes d’eau (je me suis fait avoir plusieurs fois), des illustrations que l’on découvre au fil des pages, des petites bulles toutes mignonnes sur les paginations, un glossaire en fin de volume ; on sent vraiment le travail de mise en page.

En plus d’être bien présenté, son univers est également très riche et poussé : elle invente des expressions propres à son peuple (que l’on retrouve dans le glossaire), des habitudes de vie, alimentaires, des cités, un système de gouvernement et d’organisation ; on arrive sans mal à se représenter l'univers lagunaire de Rénatia puis les profondeurs Lamynte, les deux contrées Seirens. Le petit plus que j’ai trouvé très intéressant, ce sont les comparaisons avec les terriens faites par Fay qui se retrouve avec une queue du jour au lendemain, après avoir passé 18 ans dans la peau d’une terrestre. 

Là où mon avis est un peu plus mitigé, c’est sur l’intrigue et la façon dont les choses nous sont présentées. J’ai trouvé la première partie du récit plutôt longue ; cela est dû au fait que le monde des Seirens est très complexe et que, comme nous, Fey le découvre. Il y a donc beaucoup de choses à mettre en place avant que l’action ne débute réellement. J’ai également trouvé les évènements assez prévisibles, il n’y a qu’en ce qui concerne Katell et Tyfenn que j’ai été un peu surprise. Si les sentiments de Fey sur la tempête d’émotions qui la traverse sont bien décrits, je n’ai pas été saisie, je me suis retrouvée spectatrice et n’ai pas vécu les choses. C’est assez difficile à expliquer, mais j’ai apprécié ma lecture et la découverte du monde des Seirens tout en éprouvant une certaine gêne, m’empêchant de m’attacher à certains personnages, comme Arthur par exemple que j’ai trouvé trop lisse.

L’aventure a pris une toute autre tournure pour moi à la découverte de Lamynte, la seconde citée Seirens (peut-être suis-je attirée par le côté obscur). J’ai déjà plus accroché avec les personnages et l’intrigue devient plus « sombre » et surtout plus mystérieuse. Tout comme Fey, j’ai été très intriguée par Lamynte, voulant en savoir plus sur ce domaine interdit. Des lettres censurées, un complot… rien de tel pour éveiller à nouveau ma curiosité. 

Melissa Scanu transpose certains éléments de notre actualité dans le monde sous-marin où les intrigues politiques, la manipulation de masse ou encore les révoltes ne sont pas en reste. Le lien avec le passé et la dernière guerre qui a opposé Lamyntiens et Rénatiens à travers les lettres proscrites, qui contiennent de grandes révélations est très bien trouvé. Et, si les actes de Fey m’ont toujours semblé irréfléchis, collant à son impulsivité, je n’ai pas oublié qu’elle n’avait QUE 18 ans, débarquait dans un monde inconnu et avait un caractère bien trempé. Cela la rend un tantinet agaçante voire égoïste, en même temps que ça en fait quelqu’un de courageux (ou d’inconscient ?). Fey est en perpétuelle recherche de soi, elle chercher à concilier son passé et son présent tout en acceptant les évènements tragiques qu'elle a vécu et pour lesquels elle ressent de la culpabilité. Malgré son air sûr d'elle, elle se sent seule au monde et ne sait pas comment y remédier sans trahir (ses parents notamment). La partie romance reste en arrière plan dans Rivage, même si, j'ai eu plus d'une fois peur de voir apparaitre un triangle amoureux… 

Ce premier tome se termine sur les chapeaux de roue et, j’ai bon espoir que le second reprenne dans cette continuité ; maintenant que le décor est planté, nous allons pouvoir découvrir plus en profondeur les personnages et de nouvelles révélations sur les peuples Seirens."

Posté par Melissa Scanu à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2019

Calendrier des dédicaces 2019

Dédicace

 

Calendrier des dédicaces 2019 :

 

samedi 2 février 2019 : Dédicace en avant-première de Seirens - Rivage à Auchan Boulogne (42 Route nationale, 62280 Boulogne-sur-Mer) de 10h à 18h.

samedi 9 février 2019 : Dédicace de Seirens et Autre jour, autre endroit à l'Espace Culturel Leclerc Outreau (Boulevard Industriel de la Liane, Outreau 62230) de 10h00 à 18h.

samedi 16 et dimanche 17 février 2019 : Dédicace de Seirens à Atrebatia, escales imaginaires (Place des héros, Beffroi d'Arras 62000) de 10h à 18.

samedi 16 et dimanche 17 mars 2019 : Dédicace de Seirens et Autre jour, autre endroit au Salon du Livre Paris (Porte de Versailles, Paris 75015) le samedi et dimanche de 10h à 12h pour Seirens, et samedi de 18h à 20h pour Autre jour, autre endroit

Posté par Melissa Scanu à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Retrouvez moi en dédicace à Boulogne sur Mer

Dédicace

samedi 2 février 2019 : Dédicace en avant-première de Seirens - Rivage à Auchan Boulogne (42 Route nationale, 62280 Boulogne-sur-Mer) de 10h à 18h.

 

 

Posté par Melissa Scanu à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


15 janvier 2019

La création d'un roman de sa naissance à son envol (ou la recette du brownie)

Conseil

La création d'un roman de sa naissance à son envol (ou la recette du brownie)

 

Quand j'ai commencé à écrire (il y a un million d'années ;)) je n'avais aucune idée des étapes qu'on rencontrait, dans la rédaction d'un même roman. Et qu'on soit écrivain en herbe ou confirmé, en zapper une seule serait une grave erreur ! Les voici donc, accompagnées d'un petit comparatif avec la réalisation d'une recette de cuisine (parce que j'adore cuisiner... et manger). Pour la recette (disons que c'est un brownie), comptez environ une heure. Pour le roman... au moins un an (et je suis optimiste). C'est parti !

 

La genèse du projet 

L'idée de la recette « J'ai une super idée brownie qui va révolutionner le monde (des brownies !) »

 

Cela commence au moment où vous avez la première idée et où celle-ci commence à murir dans votre esprit. Vous y pensez constamment, et rapidement, une histoire se dessine dans votre tête. Vous n'avez plus qu'une seule obsession : la coucher par écrit. Un moment follement excitant où votre esprit est en ébullition, et que j'adore. Sans exagérer, je trouve que ce qu'on ressent à ce moment précis s'apparente beaucoup avec le sentiment de tomber amoureux. C'est l'un de mes préférés, dans tout le processus de création du roman.

 

La préparation du roman 

Les courses « Je fais une liste et surtout je n'oublie rien, pour ne pas avoir à courir à la supérette alors que je serai en pleine préparation »

 

Une période assez longue où vous allez d'abord tout préparer en vue de la rédaction de votre roman. Au programme : plan, fiches personnages, fiches décors, recherches... Il y a beaucoup de satisfaction de voir se former le squelette de votre projet, mais beaucoup de travail aussi. C'est impératif : avant de commencer une recette complexe, vous allez faire les courses, et pas les fonds de placards avec le risque de manquer d'ingrédients ou d'en trouver des périmés, non ? C'est pareil.

 

La rédaction ou premier jet 

La préparation des ingrédients « Je déballe, je pèse, je fais fondre, je casse et je rassemble tout (aaah j'ai chaud !) »

 

Eh bien tout simplement, le moment où vous écrivez votre roman, du début à la fin. Les gens qui ne s'intéressent pas à la lecture, encore moins à l'écriture, pensent souvent à tort que la création d'un roman n'a que cette étape. En réalité, ce n'est qu'une partie d'un long processus. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien qu'on nomme cette rédaction « premier jet ». Mais c'est en effet un superbe accomplissement et à ce stade, vous pouvez déjà être très fier de vous. C'est souvent au cours de cette étape qu'on abandonne car ce n'est pas toujours évident de rester motivé (surtout quand l'étape précédente a été bâclée), alors accrochez-vous !

 

Les réécritures ou second jet

La préparation de la recette « Tout est prêt, y'a plus qu'à, en assemblant les ingrédients déjà prêts dans le bon ordre pour un résultat homogène, et en ajoutant éventuellement ce qui manque »

 

Soyons honnêtes, les premiers jets ne sont souvent pas terribles. Mais qu'à cela ne tienne, car on enchaîne bientôt sur le second jet ! C'est un peu la seconde couche de peinture, pour faire une analogie différente. Il ne s'agit pas de corriger mais plutôt de peaufiner : de vous rendre compte des choses qui clochent : longueurs, éléments à développer, changements de rythme ou de focalisation malvenus, lourdeurs, incohérences, dialogue qui sonne faux, doutes sur un fait... Vous aurez peut-être même besoin de remonter deux étapes plus tôt et de refaire quelques recherches jusque-là négligées. Je crois que cette partie est la plus longue, pas forcément la plus drôle, mais vraiment importante, et même indispensable. Sans elle, aucune chance d'être publié. Et elle peut elle-même se subdiviser en d'autres étapes (troisième, quatrième jet...) selon les réécritures nécessaires. Je pense que plus on débute et/ou plus le projet est ambitieux, plus il y en aura, mais vous y arriverez.

 

Le repos 

La cuisson « C'est au four : que puis-je faire sinon attendre ? Ah, peut-être la vaisselle :)

 

Après avoir effectué toutes les réécritures que vous jugez nécessaires, il y a de fortes chances que votre roman vous sorte par les yeux, et c'est bien normal ! D'ailleurs ça tombe bien, c'est le moment pour lui d'aller dormir. Cette étape est nécessaire pour le laisser « reposer », et que vous vous vidiez la tête pour être le plus neutre possible et l'appréhender avec un regard nouveau au moment de le reprendre. Certains écrivains préconisent un repos d'un an. Personnellement, j'en suis incapable. Un mois ou deux, c'est déjà un exploit. Comme je suis tête en l'air, ça me suffit. À vous de voir. Dites-lui au revoir pour un moment en tout cas. Bien sûr, durant ce laps de temps, vous pouvez travailler sur un autre projet, puisque vous êtes déjà dans le bain.

 

La reprise

La sortie du four : « Je vérifie qu'il a bien cuit et ne s'est pas fissuré, laisse refroidir et démoule soigneusement »

 

Votre roman a fini son gros dodo de plusieurs semaines / mois. Vous voici donc vous aussi reposé et prêt à le relire avec un regard neuf. Vous pourrez donc effectuer de nouveaux changements en vous rendant compte, avec ce recul et cette fluidité nouvelle, des problèmes restants et reprendre des corrections. J'adore ce moment. J'ai l'impression de redécouvrir mon livre, un peu comme si quelqu'un d'autre l'avait écrit, à certains passages que j'avais presque oubliés.

 

La bêta-lecture 

Le test des goûteurs « Les amis, goûtez-moi ce brownie et dites-moi honnêtement s'il ne manque pas quelque chose (mais interdiction de cracher !) »

 

Avant d'aller plus loin, il vous faut un regard extérieur, ce que le vôtre ne sera jamais complètement, évidemment. Trouvez des (bons) bêta-lecteurs qui accepteront de lire votre roman et de vous en faire un retour critique constructif, pour que vous puissiez faire les derniers ajustements. Un moment stressant, que celui de se confronter au regard d'autrui, mais inoubliable car vous aurez vos premiers avis. Tout ne vous fera sans doute pas plaisir, mais gardez toujours en tête le bien de votre texte. Rien n'est nul et rien n'est parfait. Tout s'améliore et si le potentiel est là, ce sera le cas.

 

Les corrections 

Le glaçage « Maintenant faisons une jolie déco gourmande et qui donne envie visuellement »

 

Une fois le texte prêt, il reste sans doute des coquilles. C'est le moment de passer à l'impitoyable correction ! Le but étant de traquer toutes les fautes (même si soyons honnêtes, on en laisse toujours, surtout dans des textes si longs), n'hésitez pas à faire appel aux services de quelqu'un (un bêta-lecteur correcteur, donc qui se concentrera alors uniquement sur la forme), de préférence une personne bien calée en français, qui va tout vous corriger et pas au contraire rajouter des fautes.

 

La protection du manuscrit

Le souvenir « Je prends une jolie photo de mon brownie pour bien montrer que c'est moi qui l'ai fait ».

 

Avant tout envoi, il est important de protéger votre manuscrit (voir les différentes méthodes) en cas de plagiat, pour prouver que vous en êtes bien l'auteur. À savoir que cette étape peut également être réalisée avant la bêta-lecture, pour plus de sureté, donc avant que votre livre soit lu par qui que ce soit.

 

L'envoi aux éditeurs 

Le verdict « Bonjour mesdames et messieurs les pâtissiers étoilés. Veuillez s'il vous plaît goûter mon humble brownie (qui va changer le monde des brownies) »

 

À ce stade, votre roman est « prêt ». Je mets des guillemets car, les écrivains étant perfectionnistes, il est évident qu'il ne sera jamais totalement prêt, à moins d'attendre des années. Il y a même des chances pour que quelques jours après vos envois aux éditeurs, une nouvelle petite idée vous vienne, une nouvelle faute vous saute aux yeux (c'est très énervant). Mais bon, à un moment donné, il faut bien se lancer, n'est-ce pas ? D'autant que vous pouvez continuer à peaufiner votre texte : quelques mini-idées ou corrections ne changeront pas la face du monde, et lorsqu'un éditeur vous recontactera, vous pourrez lui en faire part, ce qu'il appréciera certainement. Vous pouvez contacter autant d'éditeurs que vous le souhaitez (où votre roman trouverait sa place bien sûr, donc renseignez-vous) et même procéder à plusieurs vagues d'envois.

 

La publication 

La dégustation : « Allez tout le monde, dévorons tous ce magnifique brownie qui déchire réalisé à la sueur de mon front (berk) ! »

 

Ça y est, après des mois à attendre auprès du téléphone, de votre boite à lettres et mail, des refus (eh oui, on n'y échappe pas), des faux espoirs, au moment où vous n'y croyiez plus (j'en rajoute un peu oui ;)) un éditeur vous a dit oui ! Il croit en votre livre, vous en discutez longuement, le contrat vous convient, vous effectuez les dernières modifications, et hop, l'aventure commence !

 

Bien sûr, il n'y a pas tous les auteurs qui ont la joie de connaître la dernière étape (et elle est loin d'être aussi simple qu'énoncé ci-dessus), ne soyons pas naïfs, c'est même une petite minorité. Si vous faites partie des heureux élus, régalez-vous et savourez surtout :) Si ce n'est pas le cas, ne perdez pas espoir et dites-vous que le prochain roman sera le bon (ou même celui-ci, encore retravaillé). Alors à vous fourneaux (claviers).

Par contre, vous l'aurez compris, malgré la similitude des étapes, c'est beaucoup plus long que pour faire un brownie, même le meilleur du monde !

 

Vous retrouvez-vous dans ces étapes ? Préférez-vous l'écriture ou la pâtisserie ? :)

Posté par Melissa Scanu à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2019

Extrait de "Seirens - Rivage"

Extrait

 

"Fey ouvrit les yeux. Sa vision n’était pas aussi trouble qu’elle aurait dû l’être. L’apnée n’était pas un réel effort. Elle avait juste conscience de la légèreté de son corps, ses membres plus gracieux, ses mouvements plus fluides que d’ordinaire.
Avec une lenteur savourée, elle fit pivoter son corps à l’horizontale, joignit ses paumes au-dessus de sa tête, et s’élança d’un battement de pieds. Tandis qu’elle nageait, elle sentit ses membres se détendre, son énergie revenir. Elle peinait à croire qu’à peine quelques minutes auparavant, elle se sentait lourde, fébrile et fatiguée. À présent dans l’eau, la vitalité semblait émaner d’elle.
Après quelques instants, Fey finit par ralentir et remonta doucementà la surface. Son visage jaillit en premier hors de l’eau, et embrassa l’air frais tandis que les gouttes glissaient de ses cheveux. En position fœtale, suivirent ses genoux, de façon à la laisser flotter sur le dos. Les bras en croix, les yeux à demi-clos, elle soupira d’aise, savourant la chaleur de l’eau enveloppant son corps, l’obscure clarté provoquée par les halos de lune et les lumières du jardin se reflétant sur l’eau. Savourant simplement l’instant."

Seirens - Rivage, chapitre 1

Posté par Melissa Scanu à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2019

Chronique de Seirens par Recto Verso

 

Critique

 


Je partage avec vous mon avis sur le roman « Seirens » écrit par Mélissa Scanu et publié par les Editions Plume Blanche. Un roman qui donne une seconde vie aux sirènes, et de la plus belle manière qui soit. Un livre qui fut pour moi un coup de cœur, à la limite même du coup de foudre ! 
Je remercie Marion, l’éditrice, de m’avoir permis de découvrir cette pépite en SP !  
 
Avant même de commencer l’histoire, le livre en lui-même est un véritable bijou. Des illustrations ont été glissées dans le roman, rendant la mise en page aérée et donnant vie à l’univers. 
 
Au départ, je dois avouer que je n’étais pas convaincue. Je n’arrivais pas à accrocher à l’histoire. Je trouvais les rebondissements vraiment trop prévisibles et les explications sur l’univers, bien que nécessaires et incontournables, retardaient vraiment l’action. Pourtant, très vite, mes appréhensions se sont envolées et c’est avec un rythme de lecture endiablé que j’ai dévoré les aventures des Seirens en à peine trois heures. Mélissa Scanu a créé un univers brutalisé par une guerre. Une guerre qui oppose deux peuples en raison de leurs différences, une race prétendant être supérieure à l’autre. Une thématique très réaliste et bouleversante que l’auteure a traité avec un talent indéniable ! De plus, Mélissa Scanu a su instaurer une intrigue haletante et les complots, qui viennent mettre tout le fonctionnement de la société Seirens en question, chamboulent non seulement les personnages, mais aussi le lecteur. Des liens imprévus se tissent entre les personnages et le passé, qui refait surface, bouleverse les croyances. 
 
Fey est une héroïne absolument fascinante que j’ai adorée ! Curieuse et survoltée, elle n’hésite pas à dépasser les limites pour étancher sa soif de connaissances, quitte à se mettre dans des situations dangereuses pour des raisons qui lui tiennent à cœur. Méfiante, mais également sensible, elle se lie d’amitié avec d’autres personnages aux psychologies variées, dont Arthur, qui s’avère être un pilier important pour elle, et le téméraire Garten qui passera outre leurs différences pour lui témoigner le respect et l’attention qu’elle mérite. Un jeune homme aux répliques à la fois drôles et touchante qui apporte du piment au récit ! Si au départ Fey fait preuve de jalousie envers Katell et Tyfenn, le destin finira par leur jouer des tours insoupçonnés… 
 
Une fin à la fois violente et douce qui laisse le lecteur libre d’imaginer une suite… et de nager encore un peu aux côtés des héros. 
 
Mélissa Scanu a non seulement inventé du vocabulaire propre à son univers, mais elle a été encore plus loin en revisitant des expressions pour les adapter à son monde marin et aux caractères de ses personnages. L’immersion était donc totale et ce fut un réel plaisir de pouvoir redécouvrir les sirènes sous un nouveau jour, de la manière la plus originale qui soit. Ce roman est pour moi une véritable réussite, prévoyant même un lexique à la fin du livre pour éclairer certains points de vocabulaire si besoin. 
 
En résumé, ce roman fut pour moi une merveilleuse découverte et mes appréhensions du début se sont vite envolées pour me laisser pleinement profiter de la richesse de cet univers ! 
 
Pour les personnes qui voudraient aussi se lancer dans la lecture de « Seirens », j’ai une bonne nouvelle pour vous ! Dans le cadre d’un partenariat avec les Editions Plume Blanche, utilisez le code LUCIENAGEDANSLOCEAN et recevez une remise de 5% jusque fin décembre 2019. 
A vous de faire le grand plongeon…

Posté par Melissa Scanu à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 janvier 2019

Pourquoi rester motivé à écrire ?

 

Conseil

 

Pourquoi rester motivé à écrire ?

 

Tous les écrivains, moi y compris, ont sur leur ordinateur ou dans leurs placards des dizaines de brouillons ou de débuts de roman qui ne verront jamais le jour. Des textes avortés, dont l'âme voguera à jamais dans les limbes des histoires inachevées. Poétique et triste à la fois, n'est-ce pas ? Pourtant, ce n'est pas si grave en soi. Sauf si parmi ces textes interrompus se cache un projet prometteur, que vous désirez réellement réaliser, mais que, pour diverses raisons (manque de temps, d'envie, de courage, de confiance...) vous avez fini par abandonner. Si c'est quelque chose qui vous tient vraiment à cœur, vous devriez vous y accrocher avant d'arriver à ce stade : le plus tôt possible après avoir cessé d'écrire. Ce serait dommage de laisser passer des années pour finalement oublier ce beau projet et de vous priver peut-être, et le public, d'un futur best-seller international, qui sait ? :)

Pour cela, un seul mot clé : la motivation.

Voici donc un petit top des raisons pour lesquelles vous devez vous motiver pour continuer à écrire votre roman.

 

Parce que vous en avez envie

 

Vous ne devez jamais l'oublier, c'est le plus important. Vous avez envie d'écrire et de finir ce roman, vous en rêvez plus que tout. Et vous y arriverez. Mais pour cela, il faut travailler. Ce moment magique où vous aurez achevé le premier jet et apposé le mot « FIN » sera une douce récompense et vous serez fier de votre accomplissement. Et même si cela vous ennuie par moments, que vous doutez, que vous ne savez plus, dépassez cela et gardez votre objectif en tête.

 

Parce qu'il faut battre le fer tant qu'il est chaud

 

Vous avez une idée, une trame, des personnages animés, tout est bien clair dans votre esprit... Le risque à faire traîner la rédaction et de perdre « l'essence » de votre histoire, de ne plus être « dedans », d'oublier des choses, même si vous avez fait un plan. Et cela risque de se ressentir à la lecture... si vous parvenez à terminer. Plus on attend, plus c'est dur de reprendre, comme tout.

 

Parce que vous changez

 

Cette raison découle directement de la précédente. C'est bien connu, on évolue perpétuellement, plus à certaines périodes de la vie, mais on ne cesse jamais d'apprendre et de se transformer. Le risque à faire traîner une rédaction en longueur et de ne plus vous reconnaître dans le texte que vous avez commencé. Parce que vous aurez des idées différentes, qu'il véhicule des valeurs qui vous indiffèrent à présent, que vous ne vous intéressez plus au thème principal... Les raisons peuvent être nombreuses. C'est le cas typique des textes qu'on commence à l'adolescence et qu'on souhaite reprendre à l'âge adulte. Bien sûr, il y a la possibilité de le remanier, de manière à l'adapter à vos désirs actuels, et cela peut donner quelque chose de mieux encore. Mais le plus souvent, cela mène à un résultat bancal et confus, et vous risquez de vous décourager en cours de route. 

 

Parce que le monde change

 

Vous n'êtes pas le seul à changer : le monde aussi change, et à une vitesse affolante même ! Aussi, certaines idées et concepts de votre roman risquent de devenir totalement obsolètes si vous attendez des années pour le finir (à part si c'est de la very high fantasy... et encore). Votre héros se baladera encore en jeans alors que nous porterons tous depuis longtemps des combinaisons anti-radiations, communiquera avec son smartphone avec que chacun aura une puce greffée à la nuque, et se demandera si les extraterrestres existent alors que nous aurons depuis belle lurette un Président de la Terre, elle-même membre du Conseil de la Galaxie. Je caricature, bien sûr, mais vous avez saisi le concept. Au mieux, votre roman aura un cachet vintage, surtout si l'année joue un rôle clé, au pire, il fera franchement ringard, et ce n'est pas le but d'une nouveauté qui paraît et dont l'histoire est censée être contemporaine. Vous y croiriez, vous, à un roman qui se passe en 2019 et où les personnages ont tous une permanente et un minitel ? Et effectuer de tels changements après coup risque de dénaturer votre œuvre (et d'être pénible à faire). Moi-même, il y a deux ans je tentais de reprendre un roman rédigé en 2004, eh bien cela m'a frappé de voir à quel point il n'est plus dans l'ère du temps, rien qu'avec ce genre de petits détails. En plus (pour être bassement commerciale, toutes mes excuses) si vous écrivez sur un thème ou un genre qui cartonne en ce moment et donc intéresse les éditeurs, ce ne sera peut-être plus le cas dans dix ans.

 

Parce qu'au fond de vous, vous savez que vous y arriverez

 

Alors pourquoi retarder l'échéance ? Avez-vous déjà connu cette sensation, lors d'examens scolaires ou universitaires, de vous retrouver en début d'heure avec votre sujet et votre copie vierge, sachant qu'au moins dix pages sont nécessaires ? Vous maîtrisez le sujet, vous y arriverez, ce n'est pas le problème, plutôt toutes les pages que vous allez devoir noircir pendant des heures. Là vous vous dites, à la fois blasé et positif : « Bon, de toute façon, dans quatre heures, ce sera rempli. » Pourtant, cela ne se fera pas par magie, mais bien grâce à vous. C'est ainsi que vous devez penser pour votre roman. Et pour vous motiver, imaginez donc le travail accompli, puisqu'il existe déjà dans votre esprit !

 

Parce qu'au pays de l'édition, le temps s'est arrêté

 

Écrire un roman, c'est long. En général, plusieurs mois de travail sont nécessaires, vous le savez. Et encore, cela n'est rien comparé au temps qu'il passera en comité de lecture dans les différentes maisons d'édition où vous l'enverrez. Au minimum trois mois (mais c'est très rare) mais la moyenne est de six mois, et chez certains éditeurs, le délai peut dépasser dix mois, voire un an. Et après, entre contrat, corrections, maquette, calendrier de sortie, l'aventure est encore loin d'être terminée et vous serez encore partis pour de longs mois d'attente ! En gros, entre le moment où vous commencez à écrire votre roman et celui où il paraîtra éventuellement en librairie, il s'écoulera environ un million d'années. Blague à part, facilement deux ou trois ans. C'est déjà suffisamment long sans que vous n'ajoutiez des mois supplémentaires à traîner à écrire, n'est-ce pas ? Surtout si c'est votre premier (et donc seul) roman à proposer pour le moment.

 

Parce qu'il changera peut-être le monde

 

Ou de manière plus réaliste, la vie plusieurs lecteurs, ou même d'un seul. Positivement. Et rien que cette perspective est extraordinaire.

 

Je vous laisse méditer là-dessus ;)

 

Et vous, pourquoi pensez-vous qu'il est important de rester motivé à écrire ?

Posté par Melissa Scanu à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 août 2018

Les bêta-lecteurs : la passerelle entre l'auteur et le lecteur

Conseil

Les bêta-lecteurs : la passerelle entre l'auteur et le lecteur

 

Ça y est, vous avez terminé la rédaction, la relecture et les corrections de votre roman. Vous l'avez perfectionné autant que possible mais avant de le proposer aux maisons d'édition et bien sûr de l'envisager entre les mains de lecteurs, il vous manque le regard extérieur et neutre d'un voire de plusieurs bêta-lecteurs. C'est important, cette étape ne doit pas vous effrayer, ni être zappée, et elle vous apportera beaucoup. Un bêta-lecteur n'est pas un correcteur (même s'il peut faire les deux) mais un lecteur qui va se concentrer sur le fond de votre histoire. Le correcteur, lui, interviendra après, une fois que le travail sur le fond sera terminé.

Traditionnellement, cette étape de bêta-lecture se fait après l'écriture, mais vous pouvez également faire le choix de vous faire relire en cours de rédaction, surtout si vous débutez. Quoi qu'il en soit, vient forcément un moment où il faut oser se confronter au regard d'autrui, même si cela fait peur. C'est indispensable. Après des mois plongé dans votre texte, vous n'avez plus le recul nécessaire pour le perfectionner. 

 

(Presque) tout le monde peut devenir bêta-lecteur

 

Théoriquement, beaucoup d'individus, quel que soit leur âge, leur éducation, leur milieu social ou leurs goûts, peuvent remplir ce rôle. En trouver un, c'est déjà bien, mais l'idéal est d'en avoir plusieurs, pour varier les profils et les avis. Cela peut être des personnes qui vous connaissent bien ou pas du tout. Idéalement, un peu des deux, et de différents profils, pour avoir l'avis d'un public varié. Il n'y a pas de nombre idéal mais entre trois et cinq, cela me paraît déjà bien. Évitez de proposer votre roman à toutes les personnes que vous connaissez : trop de retours vous perturberont, et puis n'oubliez pas que ce n'est encore que la version bêta de votre futur chef-d'oeuvre ;) 

Il existe des forums et des groupes sur Internet dédiés à la bêta-lecture, mais le plus simple est encore de puiser dans votre propre liste de connaissances.

Veillez à ne pas proposer votre œuvre à des profils qui ne lui correspondent pas : ce n'est pas la peine de faire lire votre roman d'amour à votre cousine en plein divorce aigrie, votre polar violent à quelqu'un de très sensible qui aura une surprise désagréable, ou à des lecteurs mineurs ou très jeunes votre texte s'il contient des scènes osées... 

L'important est de ne pas imposer votre travail à quelqu'un. Si vous dites simplement que vous allez avoir besoin de bêta-lecteurs, si la personne a envie de le faire, elle vous le proposera sans doute spontanément. Même quelqu'un qui lit beaucoup n'aura pas forcément l'envie d'être bêta-lecteur : déjà, parce que c'est une grande responsabilité et que certains peuvent ne pas s'en sentir capables (par contre ils se feront une joie d'acheter votre roman une fois sorti en librairie et de le promouvoir :)) Aussi parce qu'un bêta-lecteur n'est pas un simple lecteur : au-delà du plaisir de lecture, il faut lire de manière très minutieuse, ouvrir son esprit critique pour traquer les coquilles, relever les choses qui ne vont pas, sans oublier d'en faire un retour constructif... Tout le monde a-t-il vraiment le temps pour cela, et en est-il même capable ?

 

Qu'attendre de vos bêta-lecteur ?

 

Une fois que vous avez trouvé vos bêta-lecteurs, soyez clairs sur ce que vous attendez d'eux, surtout si c'est la première fois qu'ils font cette expérience. N'hésitez pas à leur confier vos doutes et vos faiblesses typiques pour qu'ils y soient attentifs. Ce sera du temps de gagné. 

Le mieux est de les laisser vous faire un bilan personnel à leur manière, pourvu qu'ils en fassent un, et constructif de préférence. Que ce soit un retour général, un bilan à la fin de chaque chapitre, ou prendre des notes au fil de la lecture... N'hésitez pas à en discuter ensemble avant.

Si vous êtes très méthodique (et qu'ils sont motivés, ou peu sûrs de savoir comment s'y prendre), vous pouvez même leur proposer de remplir une sorte de fiche de lecture. Je m'en suis servie pour l'une de mes lectrices de Seirensqui n'avait jamais été bêta et qui avait un peu de mal à savoir comment résumer ses impressions. Ce quiz peut être adapté à tout autre texte.

 

Quiz Seirens

1. Comment as-tu vécu cette lecture ? As-tu lu à un rythme relativement régulier ? As-tu eu besoin de faire des pauses ? As-tu failli abandonner à certains moments ? 

2. Comment résumerais-tu l'histoire en une ou deux phrases ?

 3. Comment as-tu perçu l'ambiance générale ?

 4. Y a-t-il des passages qui t'ont particulièrement marqué(e) ? fait rire ? ému(e) ?

 5. Y a-t-il des passages sur lesquels tu as buté parce qu'ils étaient ennuyeux, peu clairs ou autre ?

 6. As-tu trouvé des faiblesses au niveau du fond ? (longueurs, points à développer, incohérences, problèmes de rythme, intrigue, personnages...)

 7. Et de la forme ? (style, fautes, langage, clichés...)

 8. À quel(s) personnage(s) t'es-tu le plus attaché(e) ou identifié(e) ? Pour quelle raison ?

 9. Quels personnages t'ont marqué(e), en bien ou en mal et pourquoi ?

 10. T'attendais-tu aux différents rebondissements ?

 11. Si tu devais changer une (ou plusieurs) chose(s) à l'histoire, qu'est-ce que ça serait  ?

 12. Sachant qu'une suite existe, as-tu : envie de la lire au plus vite / peut-être envie de la lire à l'occasion / pas spécialement envie de la lire ?

 13. Conseillerais-tu ce roman à des gens ? Pourquoi et quel public ?

 14. Que pourrais-tu mettre en avant pour « vendre » cette histoire ?

 15. Qu'a-t-elle d'original que tu n'avais jamais lu avant ?

 16. Y a-t-il une histoire avec laquelle tu pourrais faire une comparaison ?

 17. Si tu devais donner une note sur 10 objective au roman, laquelle serait-ce ?

 18. Et ta note subjective ? Ou alors dire à quel point cela t'a plu : l'histoire ne t'a pas du tout emballé(e) / tu as trouvé ça moyen / tu as passé un moment sympathique / c'est un coup de cœur ...

 19. As-tu un dernier commentaire à faire, si les questions ne t'ont pas donné l'occasion d'en parler ?

 20. As-tu des questions ?

 

Les bêta-lecteurs à éviter :

 

Le lecteur fantôme : Autrement connu sous le nom de « lecteur qui ne sert à rien ». Sur le coup, il est très impressionné d'apprendre que vous avez fini d'écrire votre roman et vous dit avec enthousiasme de ne pas hésiter à le lui envoyer pour avoir son avis. Ce que vous faites sans tarder. Les semaines puis les mois passent et vous n'avez toujours pas de retour. Alors que vous tentez une relance, espérant qu'il est proche de la fin, il vous apprend qu'il n'a même pas encore commencé ! Flatteur, n'est-ce pas ? Le pire : qu'il finisse par le lire en diagonale et vous en fasse un retour foireux, pour se débarrasser de vous. Pour pallier cela, lors de l'envoi, fixez (poliment) une date limite de retour (tout de même assez large, au moins un mois, mais c'est adaptable selon la longueur de votre texte) en expliquant que vous avez déjà prévu un calendrier précis de présentation aux éditeurs. 

 

Le lecteur escargot : C'est un cousin du lecteur fantôme. Nous ne lisons pas tous à la même vitesse et ne disposons pas tous du même temps libre, c'est un fait. C'est déjà sympa qu'on se propose de lire notre roman, mais, soyons d'accord, il faut tout de même se dépêcher un minimum, sachant que vous attendez le retour de vos lecteurs avant l'envoi aux éditeurs. C'est une question de respect, quand on s'engage à bêta-reader un livre. Sinon, on n'a qu'à refuser, vous ne lui avez pas mis le couteau sous la gorge. Si au bout de six mois, votre lecteur n'en est toujours qu'au chapitre 2, laissez tomber. Vous allez perdre du temps pour un retour peut-être décevant et décousu (il aura oublié le début une fois arrivé à la fin !) Et votre livre sera peut-être déjà publié avant qu'il ait terminé ! Pour éviter que cela n'arrive, utilisez la même technique que vue dans le point précédent.

 

Le lecteur profiteur : C'est un lecteur qui va lire votre roman mais vous fera un tout petit retour, souvent pas du tout utile, du genre « C'était sympa. » En gros, il n'a pas honoré son rôle et a seulement considéré votre livre comme un ebook gratuit. Méfiez-vous de ces lecteurs qui sont en plus très « généreux », au point de ne pas hésiter à faire profiter leurs amis de votre œuvre, parfois sans vous le dire, ou seulement après. Le pompon : que votre roman soit publié et que ce lecteur ne l'achète même pas, sous prétexte qu'il l'a déjà lu. Si vous vous faites avoir, rappelez-le à l'ordre : votre travail mérite le respect, et vous aussi.

 

Le lecteur trop gentil : Ou encore lecteur « groupie ». Étonnamment, le plus dangereux pour le bien de votre roman. En général, c'est un très bon ami, quelqu'un de votre famille, voire votre amoureux(se). Il n'y a rien de mal à se faire relire par des proches : ce seront les premiers à vouloir vous rendre ce service et en plus, ils vous connaissent bien. Mais le risque est de confier cette tâche à quelqu'un de trop doux, qui voudra à tout prix vous faire plaisir et n'osera pas pointer les faiblesses, prétendant qu'il a tout aimé et que vous êtes absolument génial, la plupart de ses commentaires se résumant à des « j'ado(ooo)re ! » sans justifications. Ça fait plaisir, c'est certain, mais ce n'est pas très constructif, surtout quand vous sentez que ça sonne faux. Ou peut-être qu'il est sincère, mais au stade « bêta », ce n'est pas ce dont vous avez besoin. Par contre si tous vos lecteurs réagissent ainsi, même les plus féroces, confiez-moi vite votre secret ;)

 

Le lecteur trop méchant : À l'inverse, ce lecteur-là est redoutable. Souvent, c'est quelqu'un de très cultivé, ou avec un métier de « requin », et des idées bien arrêtées. Il ne va pas hésiter à vous dire les choses sans détours, quitte à vous blesser en méprisant votre texte. Il faut s'entourer de personnes critiques, je vais y venir, mais le risque à avoir ce genre de lecteur impitoyable et qui ne mâche pas ses mots est de vous brusquer, de vous faire de la peine, voire de complètement vous décourager et de vous traumatiser au point que même si vous gagnez un Prix Nobel de littérature un jour, vous n'oserez jamais lui faire relire la moindre ligne de vous. Sans compter le fait que si vous avez un fort caractère, vous risquez de vous braquer et de vous fâcher avec lui.

 

Les bêta-lecteurs à rechercher :

 

Le lecteur fan : C'est un lecteur qui adore lire bien sûr, et particulièrement dans le genre de votre roman. Comme il s'y connaît, il pourra très facilement vous dire si votre texte s'inscrit dans son genre de prédilection, s'il en respecte les codes tout en se démarquant, et pourra même vous donner de bons conseils pour améliorer certains points de l'histoire. Si dans l'ensemble, il a aimé votre livre, c'est bon signe ! (un clin d'oeil pour Jérémy et Nico ;))

 

Le lecteur lambda : Peut-être votre lecteur le plus important ! Il peut avoir n'importe quel profil, pourvu qu'il aime (un minimum) lire. Il va représenter le lectorat de base, ouvert à tout (celui qui n'achèterait pas forcément votre roman mais qui le fera si un élément lui a donné envie) et son avis (souvent spontané) peut s'avérer très intéressant. C'est le type de lecteur principal qu'on rencontre sur les plateformes en ligne. (un clin d'oeil pour Sabrina et Dorothée ;))

 

Le lecteur littéraire : Professeur de lettres, bibliothécaire, chroniqueur littéraire voire écrivain lui-même, c'est quelqu'un qui possède une formation littéraire et qui manie les mots au quotidien. Avec son esprit d'analyse fine, il vous sera d'une aide précieuse sur la forme mais aussi sur le fond, vous aidera à repérer les clichés, les faiblesses de l'intrigue, les problèmes de rythme, les longueurs, les points à développer... (un clin d'oeil pour Aline et Lorinda ;))

 

Le lecteur pointilleux : Celui-ci est vraiment indispensable, alors que ce n'est pas le plus courant. C'est le « chiant » qui, sans vous démonter comme le ferait le « lecteur méchant » sera critique au point de ne laisser passer aucune incohérence, aucun fait inexpliqué ou émotion inexploitée, vous demandera « pourquoi » et « comment » à tout bout de champ, dans le but d'améliorer votre texte jusqu'à la perfection car il croit vraiment en votre projet et à son potentiel. Vous risquez de le haïr à certains moments, mais à la fin, c'est sans doute celui que vous remercierez en premier quand votre roman paraîtra, et vous admettrez que vous n'en seriez peut-être pas là sans lui. (un clin d'oeil pour Jean-Mat ;))

 

Acceptez également la possibilité que des lecteurs décident de ne pas achever leur lecture. C'est blessant, certes, que quelque chose qui vient de votre cœur puisse indifférer. Mais au moins, vous l'avouer est une marque d'honnêteté et de respect, au lieu de vous faire attendre inutilement. Personnellement, je suis incapable de me forcer à terminer un livre si celui-ci ne me parle pas et que je n'arrive pas à entrer dedans, même si l'auteur est un ami. Cela ne veut pas forcément dire que votre livre est mauvais, mais seulement qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Et ce n'est pas une fatalité. Il m'est arrivé d'adorer un roman et d'en détester un autre pourtant écrit par le même auteur. En revanche, si tous vos lecteurs réagissent ainsi, vous pourrez vous poser la question... ;)

 

Les bêta-lecteurs partiels utiles :

 

Le spécialiste thématique : Ce lecteur pourra lire seulement des extraits ou des chapitres clés de votre roman, par exemple traitant d'un sujet, d'un lieu ou d'un métier dont il est spécialiste et vous non (« engagez » donc autant de spécialistes que nécessaire). Le rôle ici est de vous donner son avis sur les détails techniques, pour vous dire s'ils sont crédibles aux yeux d'un connaisseur, même s'il ne connait pas l'histoire.

 

L'écouteur d'histoires : Et pourquoi, au lieu de faire lire votre roman, vous ne le raconteriez pas ? Vous pourrez lire ou faire lire à ce lecteur votre résumé détaillé (qui dévoile la fin). Là, il ne s'agit pas de se focaliser sur le détail mais sur l'histoire dans sa globalité. Le lecteur idéal pour ça : quelqu'un qui n'aime pas lire mais qui adore pourtant les (bonnes) histoires (un féru de cinéma ou de séries par exemple). Il pourra vous dire, à partir du résumé, si votre intrigue tient la route, si les rebondissements sont bien équilibrés... Si ça donne envie, tout simplement. Si jamais vous hésitez sur un point, par exemple là où vous bêta-lecteurs classiques vous ont mis le doute, vous pourrez également lui en faire part et avoir son opinion.

 

Le correcteur : C'est normalement le dernier à intervenir, seulement une fois que vous avez abouti à un fond qui vous convient (car à quoi bon faire corriger des passages qui vont changer, disparaître alors que d'autres vont naître ?) Expert de la langue française, ce lecteur pourra s'intéresser principalement (ou exclusivement) à la forme en vous aidant à traquer toutes les coquilles. Cela vous évitera de payer des sommes importantes sur des sites proposant ce genre de services. Bien sûr, si vous signez un contrat chez un éditeur, celui-ci s'occupera des corrections finales. Mais ce n'est pas une raison pour laisser des fautes énormes : déjà, vous diminuerez vos chances d'être publié, et c'est une question de respect, et de fierté aussi je crois.

 

Dans tous les cas, un bon bêta-lecteur est un lecteur bienveillant mais critique, encourageant mais honnête, et surtout quelqu'un de confiance. Et n'oubliez pas qu'en tout cas, votre lecteur le plus sévère et exigeant, ça doit être vous.

 

Comment gérer les différents retours ?

 

Normalement, tous vos lecteurs vous feront un bilan. Certains vous écriront un commentaire général en fin de lecture, d'autres prendront des notes en direct sur le manuscrit même (ma méthode préférée), d'autres encore vous feront part de leurs impressions en vrac de vive-voix (préparez-vous à prendre des notes !), ou à mesure de leur lecture, ou via la fameuse fiche de lecture... À chacun sa manière de procéder, mais le plus important est : une fois tous ces avis recueillis, vous en faites quoi exactement ?

Le mieux, c'est de rassembler ces critiques. Faites-en un fichier unique sur votre ordinateur au sein du dossier de votre roman, par exemple. Lisez-les et relisez-les pour vous en imprégner et y penser. Et laissez passer un peu de temps avant de reprendre votre texte.

Concentrez-vous déjà sur les points qui reviennent le plus, voire qui font l'unanimité. Il y a de fortes chances que ce soit un point clé à modifier. De manière générale, ce qui vous parle tout de suite, c'est ce qui est juste. 

Pour les points où les avis sont partagés et où vous hésitez, demandez des détails à vos bêta-lecteurs en leur posant des questions, recherchez de nouveaux avis, et prenez le temps de prendre du recul pour bien réfléchir. Mais fiez-vous vraiment à leurs impressions : vous connaissez votre histoire, elle est claire pour vous, mais si certains points n'ont pas été compris comme vous le souhaitiez, ça vaut la peine de les retravailler.

Gardez en tête que les avis sont subjectifs et qu'il ne faut pas tout accepter comme parole d'Evangile. S'il y a des critiques que vous trouvez injustifiées, ou qui ne vous parlent vraiment pas, eh bien, ignorez-les et restez fidèle à votre idée de base. C'est vous l'auteur, vous restez le seul maître à bord et il vous faut être prêt à changer des choses mais à condition que cela vous plaise sans que vous ayez l'impression de dénaturer votre travail.

Enfin, un point important si jamais votre livre est publié, ce que je vous souhaite de tout cœur. Vos bêta-lecteurs seront vraisemblablement très fiers de vous, voire un peu d'eux-mêmes puisqu'ils vous auront aidé. D'ailleurs pensez à les inclure dans vos remerciements sur votre page de garde si vous y avez droit, du moins ceux qui vous auront vraiment été utiles. Ils voudront l'acheter et que vous le leur dédicaciez. Mais... en attendant, le texte (du moins une version brouillon) sera encore en leur possession. Ce n'est pas gênant en soi et vous faites ce que vous voulez, mais je vous conseillerais de leur recommander, une fois leur lecture et les discussions à ce sujet terminées, de détruire le manuscrit. Le supprimer de leur boite mail et de leur ordinateur, ou de déchirer la version papier. Sans remettre en cause leur honnêteté bien sûr, mais on ne sait jamais. Une étourderie, un hackage, un vol d'ordinateur, un cambriolage... Certes vous aurez sans doute fait protéger votre texte contre le plagiat avant, mais on ne sait jamais. Vous n'aimeriez pas qu'un ebook gratuit de votre livre circule sur le net, n'est-ce pas ? C'est sans doute mon côté parano, mais mieux vaut prévenir que guérir. En revanche, pour les bêta-lecteurs qui n'auront pas eu ou pris le temps de lire votre livre, c'est une exigence à avoir je pense, par principe.

 

Et l'éditeur ?

 

Les maisons d'édition qui refuseront votre manuscrit (il y en aura, ne rêvons pas) ne vous feront généralement pas de retour critique, faute de temps, et parce que ce n'est pas leur rôle de toute façon. Mais si un comité de lecture prend la peine de vous dire ce qu'il a pensé de votre livre, même succinctement, ce sera sans doute une critique professionnelle très enrichissante qui pourra vous aider à progresser (même si encore une fois tout est subjectif et ses conseils n'iront peut-être que dans le sens de son propre catalogue). 

En revanche, un éditeur qui accepte de publier votre roman sera votre dernier et ultime bêta-lecteur. Et pas des moindres ! C'est son métier, il s'y connaît et vous fera sans doute un bilan extrêmement constructif. Et même si votre projet lui plaît, avant de le publier il vous demandera certainement de modifier encore des choses. Là, le dialogue et les compromis sont de mise, pour être sûr d'aller dans le même sens. 

Si tout va bien, il vous fera des critiques bienveillantes qui vous parleront, voire qui vous enthousiasmeront car vous aurez le sentiment que c'était tout ce qui manquait pour que votre roman soit vraiment parfait. 

En revanche, s'il veut vous faire effectuer des changements trop importants, charcuter des chapitres entiers, voire dénaturer l'esprit du livre, notamment pour des raisons commerciales ou le faire rentrer dans les clous de l'une de ses collections, attention. Votre roman, c'est votre bébé, et il mérite de paraître avec vos valeurs et l'esprit que vous avez voulu lui donner. Si un éditeur ne comprend pas cela, osez dire non, et, si aucune négociation n'est possible, tentez votre chance ailleurs, auprès de quelqu'un qui appréciera votre livre à sa juste valeur et saura le faire « vivre ».

 

Et vous, avez-vous déjà eu des bêta-lecteurs ? Quels profils avez-vous rencontrés ? Cela vous a-t-il aidé ? L'avez-vous déjà été pour quelqu'un ?

Posté par Melissa Scanu à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,